LogoLogo

La FID annonce une initiative visant à améliorer les soins du diabète dans un contexte humanitaire

D'après les estimations de la Fédération internationale du diabète (FID), quatre millions de personnes atteintes de diabète ont été déplacées de force à la suite de catastrophes naturelles ou imputables à l'homme.


0
Partager

Refaat in refugee camp in Lebanon

D’après les estimations de la Fédération internationale du diabète (FID), quatre millions de personnes atteintes de diabète ont été déplacées de force à la suite de catastrophes naturelles ou imputables à l’homme. Dans ces situations éprouvantes, les personnes atteintes de diabète éprouvent souvent des difficultés à gérer leur condition et présentent un risque accru d’handicaps et de mort prématurée. Soucieuse de sensibiliser le grand public aux problématiques de la prévention et de la gestion du diabète dans un contexte humanitaire, la FID a lancé une initiative multipartite pour encourager des actions, améliorer les services de santé et garantir l’accès aux médicaments essentiels aux personnes déplacées atteintes de diabète.

La campagne multipartite implique des représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Santé Diabète. Elle est soutenue par une subvention de la Fondation mondiale du diabète (FMD).

La FID appelle les gouvernements nationaux, les organisations internationales et de donateurs, la société civile et le secteur privé à :

  • garantir un accès ininterrompu aux médicaments et aux soins du diabète pour toutes les personnes atteintes de diabète déplacées de force et intégrer les soins du diabète en tant que composante clé dans la réponse humanitaire ;
  • accroître le financement afin de renforcer les systèmes sanitaires dans les régions où le fardeau des populations déplacées est énorme
  • mener des recherches afin de déterminer le fardeau exact du diabète parmi les personnes déplacées de force.

D’après le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), les conflits sont responsables à eux seuls du déplacement de 65 millions de personnes1. Les conflits et les catastrophes provoquent des déplacements de populations de grande envergure. Leur arrivée dans des endroits non préparés fait peser une pression énorme sur les ressources de soins de santé et constitue un problème majeur. Les systèmes de santé s’efforcent de répondre à l’urgence et d’offrir des soins à la fois aux nouveaux arrivants et à la population existante.

Un diabète non diagnostiqué et mal contrôlé peut déboucher sur des complications aiguës et potentiellement mortelles telles que la cécité, des amputations, une insuffisance rénale, des problèmes cardiovasculaires et une mort prématurée. La FID estime qu’au niveau mondial, une personne sur deux n’est pas diagnostiquée. Les personnes en situation humanitaire sont confrontées à un risque accru de non-diagnostic.

Les recherches menées pour évaluer le fardeau du diabète parmi les personnes déplacées sont limitées. Et lorsque des études existent, elles laissent entendre que les taux de prévalence du diabète sont plus élevés qu’au sein de la population générale. Les personnes atteintes de diabète déplacées de force n’ont pas toujours accès aux médicaments et fournitures nécessaires et le personnel de soins d’urgence n’est pas toujours formé à la prise en charge de cette condition. Cette situation est encore aggravée par les perturbations de l’approvisionnement en nourriture, en eau et en services publics.

« Les personnes atteintes de diabète doivent pouvoir avoir accès aux médicaments essentiels et aux soins nécessaires pour gérer leur condition et éviter ses complications invalidantes. C’est une question de vie ou de mort pour certains. Garantir un accès immédiat à des médicaments essentiels doit être une priorité lorsque des personnes atteintes de diabète sont contraintes de fuir leur maison. L’approvisionnement en médicaments essentiels doit être ininterrompu et assuré gratuitement ou à un coût très bas, de façon à être à la portée de la bourse des personnes qui en ont le plus besoin. Bien trop souvent, les soins des personnes atteintes de diabète sont négligés dans le cadre de la réponse à une crise humanitaire. Nous réclamons une action concertée afin de veiller à ce que les besoins en soins de santé des personnes atteintes de diabète ne soient pas négligés en cas de catastrophe », a expliqué le Professeur Nam H. Cho, Président de la FID.

WDF est heureuse de soutenir cet effort pour améliorer les soins du diabète dans un contexte humanitaire. Notre objectif est d’atténuer le fardeau du diabète pour les personnes les plus vulnérables. À cette fin, la réduction des souffrances causées par le diabète en situation de crise est fondamentale – et une priorité de WDF, compte tenu du nombre croissant de personnes déplacées à travers le monde », a expliqué Jakob Sloth Madsen, Directeur du programme de WDF.


Avez-vous quelque chose à dire?
Vos opinions comptent pour nous.
Sans commentaires