LogoLogo

« Lorsque votre diabète a été diagnostiqué »

Deux membres du BCV nous parlent du diagnostic de leur diabète, des difficultés rencontrées, de leurs aspirations et bien plus.


17
Partager

Jovan Nikolic
Jovan Nikolic de Monténégro


Blue Circle Voices (BCV), une initiative de la FID lancée en 2016, a pour but de représenter les intérêts des personnes atteintes de tous les types de diabète ou affectées par celui-ci, par le biais d’un réseau mondial. À l’heure actuelle, BCV compte 126 membres représentant les sept régions de la FID, notamment l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Europe. Les membres du BCV s’appuient sur leur expérience personnelle du diabète et, de manière plus large, font part des observations de leurs communautés, ainsi que des défis ou opportunités de leur pays. À ce titre, le BCV est un forum permettant de s’exprimer d’une seule voix sur la scène internationale, en mettant l’accent sur divers problèmes et défis dans le but d’amener des changements positifs.

Vivre avec le diabète est fier de mettre à l’honneur deux membres du BCV qui se sont portés volontaires pour parler du diagnostic de leur diabète, des difficultés rencontrées, de leurs aspirations et bien plus.  Nous tenons à les remercier pour leur engagement en faveur du renforcement de la sensibilisation et de l’éducation au diabète. 

PROFITER DE CHAQUE JOUR

Interview de Jovan Nikolic (Monténégro)

Quelle a été votre première pensée lorsque votre diabète a été diagnostiqué ?

Ma première pensée au moment où le diagnostic est tombé a été : « Pourquoi ? ». Mon diabète a été diagnostiqué alors que j’avais 27 ans. Je présentais des symptômes manifestes depuis plusieurs mois et, d’une certaine manière, je m’étais préparé au diagnostic lorsque je me suis rendu au laboratoire pour recevoir les résultats de ma prise de sang.

Aviez-vous déjà entendu parler du diabète avant votre diagnostic ?

Mon meilleur ami vit avec le diabète de type 1 depuis que nous avons 18 ans, de sorte que je connaissais le diabète et ses symptômes au moment où j’ai été diagnostiqué.

Quelle a été la principale difficulté à laquelle vous avez dû faire face depuis que vous vivez avec le diabète ? Comment l’avez-vous surmontée ?

Mon principal problème a été de retrouver confiance en moi, et je continue d’y travailler jour après jour. Le fait de vivre dans une ville de 60 000 habitants qui ne compte qu’un seul endocrinologue constitue un autre problème, car cela signifie que je n’ai droit qu’à des séances de 10 minutes tous les trois mois et que je dois passer des heures à attendre à l’hôpital et dans les centres de santé communautaires pour les rendez-vous et pour obtenir des informations.

Le diabète a-t-il eu un impact positif sur votre vie ?

Le diabète m’a appris à mieux m’organiser et à profiter de chaque jour en faisant le plus d’activités possible. C’est particulièrement important dans la mesure où je travaille 8-10 heures par jour et où la moindre minute d’activité physique est précieuse.

D’après vous, quel est la principale difficulté liée au diabète dans votre pays ?

Le principal problème lié au diabète dans mon pays est l’éducation et la sensibilisation au diabète et à ses complications.  

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le réseau Blue Circle Voices ?

Je cherche les solutions les plus appropriées pour sensibiliser les gens au diabète et développer des outils. J’ai très envie d’en savoir plus sur les expériences vécues par d’autres aux quatre coins du monde en matière de sensibilisation. Je pense être sur la bonne voie et j’entends continuer à aider à améliorer l’éducation et la sensibilisation au diabète du Monténégro.  

Le diabète m'a appris à mieux m'organiser et à profiter de chaque jour en faisant le plus d'activités possible.

PROPOSER DES COURS DE CUISINE SAINE AUX PERSONNES ATTEINTES DE DIABETE

Interview de Carlos Otero (Pérou)

Quelle a été votre première pensée lorsque votre diabète de type 2 a été diagnostiqué ?

La première chose qui m’est venue à l’esprit est que j’allais devoir changer mes habitudes alimentaires et arrêter de manger certains aliments.

Aviez-vous déjà entendu parler du diabète avant votre diagnostic ?

Oui. Mon père avait le diabète, tout comme d’autres membres de sa famille, de sorte que la maladie ne lui était pas inconnue. Dès que j’ai appris qu’il avait le diabète, j’ai commencé à m’intéresser aux aliments sains, en particulier les desserts sans sucre et à faible teneur en calories.

Quelle a été la principale difficulté à laquelle vous avez dû faire face depuis que vous vivez avec le diabète ? Comment l’avez-vous surmontée ?

Je me suis retrouvé face à deux problèmes. Le plus important est que j’ai fait une crise cardiaque, ce qui m’a particulièrement inquiété car j’adore la nourriture. Une intervention chirurgicale et la pose d’un stent, m’ont sorti d’affaire. J’ai également mis un terme à toute activité stressante et commencé à mener une vie plus calme. L’autre grand défi en tant que chef professionnel spécialisé en pâtisserie est d’arriver à cuisiner de délicieux desserts sucrés hypocaloriques pour d’autres en ayant uniquement le droit de les goûter pour m’assurer du résultat final. Grand amateur de mets sucrés, je suis passé outre mon penchant pour les sucreries en élaborant des desserts sains dépourvus de sucre et contenant beaucoup de fibres.

Le diabète a-t-il eu un impact positif sur votre vie ?

Oui, tout à fait. J’ai commencé à proposer des cours de cuisine saine dans des hôpitaux et des clubs pour personnes atteintes de diabète, sachant que cela les aidera à prendre soin d’elles-mêmes. J’ai également écrit un livre de recettes – Healthy Gourmet Cooking – adapté pour les personnes atteintes de diabète.

D’après vous, quel est la principale difficulté liée au diabète dans votre pays ?

Le manque de sensibilisation à la maladie. Dans la mesure où les symptômes sont silencieux, les gens ne découvrent souvent qu’ils ont le diabète que lorsque la maladie est déjà à un stade avancé et que l’organisme a déjà beaucoup souffert.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le réseau Blue Circle Voices ?

Pour montrer que vous pouvez avoir le diabète et continuer à mener une vie normale, au prix de quelques changements seulement, et que ce n’est pas la fin du monde.

Grand amateur de mets sucrés, je suis passé outre mon penchant pour les sucreries en élaborant des desserts sains dépourvus de sucre et contenant beaucoup de fibres.

 

Elizabeth Snouffer est rédactrice de Diabetes Voice


Avez-vous quelque chose à dire?
Vos opinions comptent pour nous.
Sans commentaires
You must sign in to post a comment.