LogoLogo

Rependre sa vie en main en ce qui concerne les courses automobiles, la paternité et le diabète

Charlie Kimball, pilote de série IndyCar, a vu son diabète de type 1 diagnostiqué à l'âge de 22 ans. Nous avons eu la chance de discuter avec Charlie de sa vie après le diagnostic, de la reprise des courses, de ses relations aux autres et de la paternité.



Charlie Kimball with his daughter
Photo: Chris Bucher

Charlie Kimball, pilote de série IndyCar, a vu son diabète de type 1 diagnostiqué le 16 octobre 2007, à l’âge de 22 ans. Reprendre sa vie en main sur le plan des courses automobiles et du diabète a été l’une de ses priorités. Aujourd’hui, Charlie vit à Indianapolis avec sa femme Kathleen et leur fille de cinq mois. Nous avons eu la chance de discuter avec Charlie de sa vie après le diagnostic, de la reprise des courses, de ses relations aux autres et de la paternité.

Félicitations pour la naissance de votre premier enfant ! Qu’est-ce que cela vous fait d’être père ? En quoi élever un enfant a-t-il affecté votre diabète de type 1 ?

Pour être honnête, avant de fonder une famille, Kathleen et moi avons eu des conversations très franches quant au risque que notre enfant développe le diabète de type 1 à cause de moi. J’ai longtemps pensé que je ne voulais pas d’enfants. Je n’avais pas envie d’avoir un enfant qui grandisse et développe un jour le diabète de type 1. Nous savons combien cela peut être difficile. Nous avons finalement changé d’avis. Même si le risque est toujours bien présent, et s’il encore plus grand du fait que je suis moi-même atteint de diabète de type 1, nous avons le sentiment que les médicaments et les outils s’améliorent. En outre, la communauté joue un rôle très important. C’est un groupe très spécial et nous avons de la chance d’en faire partie. Maintenant que nous avons une fille, je suis particulièrement conscient des signes du diabète et je les surveille de près. En termes d’impact, le manque de sommeil est réel. D’un point de vue physique, cela signifie que je dois gérer ma glycémie de manière plus proactive depuis sa naissance, il y a 5 mois.

Que direz-vous à votre fille (quand elle sera plus grande) au sujet de votre diabète ?

C’est avant tout une question d’individualité car nous sommes tous différents— nous présentons tous des traits et des caractéristiques distinctifs. Les gens sont issus d’ethnies et d’horizons divers. Pour moi, avoir le diabète fait partie du tableau. Le diabète ne me définit pas. Je ne suis pas Charlie le diabétique Kimball. Je suis Charlie Kimball, vainqueur de courses d’IndyCars, qui s’est qualifié pour l’Indianapolis 500. J’ai aussi le diabète. Celui-ci n’est qu’une partie de moi. Cela signifie que, dans la vie de tous les jours, j’ai une routine différente de quelqu’un qui n’a pas le diabète.

En quoi le diabète de type 1 a-t-il affecté vos relations ? Quand vous êtes-vous marié ?

Kathleen et moi étions dans le même collège. Nous avons repris contact lorsque je suis revenu aux États-Unis après le diagnostic du diabète. C’est à peu près à cette époque que j’ai commencé à parler de mon diabète. Je commençais à me sentir plus à l’aise d’en parler ouvertement. Nous nous sommes mariés en 2014 et, depuis le début de notre relation, Kathleen fait partie de mon équipe du diabète. Le diabète ressemble beaucoup à une course, ce qui fait que certaines personnes l’assimilent à un sport individuel. Mais il n’en est rien. Pour le surmonter, vous avez besoin des efforts de toute une équipe. J’ai donc recruté Kathleen pour qu’elle fasse partie de mon équipe du diabète au même titre que mon équipe médicale ! Kathleen comprend mon diabète et fait preuve de beaucoup de bienveillance. Elle sait que si ma glycémie n’est pas dans la plage normale, je ne suis pas vraiment moi-même. Elle me facilite les choses lorsque j’en ai besoin parce que je suis en difficulté. Parfois, elle entend l’alarme de mon ACCG avant moi en pleine nuit et me réveille !

Chacun a sa propre histoire à raconter. Pouvez-vous nous parler du diagnostic de votre diabète de type 1 ?

Alors que je voyageais dans toute l’Europe au volant de différentes voitures de course, j’ai dû consulter un médecin à la suite d’une éruption cutanée au niveau du bras. Il m’a fait une prescription et m’a demandé s’il y avait autre chose dont je voulais lui parler. Je lui ai expliqué que j’étais tellement assoiffé que je buvais 8-10 bouteilles d’eau et que j’allais aux toilettes tout le temps. Il m’a fait monter sur la balance et je lui ai donné le poids que j’étais supposé peser. J’avais été pesé la semaine précédente sur la piste de course. J’avais perdu 11 kg en seulement 5 jours. Lorsqu’il a vu l’écart de poids, il m’a dit : « Je pense que vous avez le diabète ».

Ça fait beaucoup de kilos. Vous n’aviez rien remarqué ?

Je n’en avais pas vraiment pris conscience car je présentais un taux de glycémie d’environ 600 (mg/dl), de sorte que j’étais dans le brouillard sur le plan mental. Je n’étais pas non plus conscient de l’image que me renvoyait le miroir ou de ce que faisait mon corps. J’ai réussi à faire preuve d’une très grande franchise au sujet de ma condition et des défis qui vont de pair.

Quand vous êtes-vous lancé dans la course automobile ?

J’ai grandi en regardant des courses car mon père est ingénieur mécanicien dans le domaine des voitures de course. J’étais donc aux premières loges. J’ai débuté les courses après avoir obtenu mon permis de conduire à l’âge de 16 ans et, après le lycée, j’ai été accepté au sein de la faculté de génie mécanique de l’Université de Standford. À la surprise de beaucoup, j’ai décliné l’offre de Standford et je suis parti en Europe pour participer à des courses automobiles. J’ai fait des courses pendant quelques années — puis le diagnostic est tombé Une fois rétabli, je suis resté en Europe une année et demie de plus pour participer à des courses. En 2009, je suis revenu en Amérique du Nord et j’ai couru ici aux États-Unis les dix dernières saisons. C’est ma 11e saison aux côtés de Race With Insulin, une initiative de sports moteur sponsorisée par Novo Nordisk.

Le diabète de type 1 n’a pas mis un terme à votre carrière de pilote ?

Lorsque j’ai été diagnostiqué, un ami issu du monde des motos de course m’a dit : « Traite ce diagnostic comme une blessure ». Les gens qui travaillent aux côtés de pilotes de moto sont régulièrement confrontés à des blessures car ceux-ci n’arrêtent pas de tomber. Ça m’a vraiment beaucoup aidé. Il m’a aussi dit que même si j’aurais à gérer le diabète à vie, il était important de se remettre en piste après le diagnostic — d’être à nouveau en bonne santé et de remonter dans une voiture de course. J’ai suivi ses conseils et je n’ai jamais eu peur de parler du diabète. J’ai réussi à faire preuve d’une très grande franchise au sujet de ma condition et des défis qui vont de pair.

En tant que partenaire sponsorisé de Novo Nordisk (qui fabrique de l’insuline), que pensez-vous du problème criant de l’abordabilité de l’insuline aux États-Unis ?

Je crois en la philosophie de Novo Nordisk en tant qu’entreprise. Je travaille en partenariat avec la société pour sensibiliser et responsabiliser la communauté. Je crois aux valeurs qui sous-tendent l’entreprise – aider les gens. Le paysage actuel des soins de santé est très complexe et très dynamique. Le problème de l’abordabilité est bien réel et complexe. Je pense qu’il va concerner les leaders sectoriels de tous horizons : législateurs, organismes à but non lucratif tels que la JDRF et l’Association américaine du diabète et des parties prenantes du secteur privé. Nous devons avoir de véritables discussions afin de trouver des solutions qui conviennent à tous.

Pour plus d’informations : http://www.charliekimball.com

Diabetes Voice ne reçoit aucune subvention ni donation pour le contenu éditorial publié.

 

Elizabeth Snouffer est rédactrice de Diabetes Voice


Avez-vous quelque chose à dire?
Vos opinions comptent pour nous.
Sans commentaires
You must sign in to post a comment.