LogoLogo

Vous présentez des hausses ou des baisses inexpliquées de la glycémie ? Vous trouvez que les résultats de vos prises de sang ne reflètent pas vos efforts et votre travail acharné ? Si vous souffrez d’un diabète de type 1 ou de type 2 insulino-dépendant depuis de nombreuses années, il est possible que vous présentiez une complication liée aux injections d’insuline, connue sous le nom de lipohypertrophie ou « lipo ».

Qu’est-ce que la lipohypertrophie ?

De nombreuses personnes atteintes de diabète qui s’injectent de l’insuline ignorent ce qu’est la lipo, l’équipe médicale ayant peut-être omis de la mentionner lors du passage en revue des soins liés à l’autogestion. Pourtant, il est important de comprendre ce qu’est la lipohypertrophie, car elle peut être à l’origine d’une absorption variable de l’insuline, qui se traduira par des hausses et des baisses inexpliquées de la glycémie et de réels problèmes, dont des visites aux urgences.

La lipo consiste en une masse ou une grosseur juste sous la peau aux endroits où des injections d’insuline ont été faites à répétition. La graisse et le tissu cicatriciel s’accumulent à ces endroits et peuvent prendre une consistance caoutchouteuse. La lipo est généralement localisée dans l’abdomen. En gros, le tissu est endommagé, ce qui peut entraîner une perte de sensibilité de la zone concernée. Si vous réalisez que vous privilégiez les injections à des endroits où la douleur est moins forte, cela peut être le signe que vous présentez des tissus endommagés ou une lipo à cet endroit. L’injection d’insuline à des endroits de la peau touchés par une lipo affecte l’absorption, qui est tantôt beaucoup plus longue, tantôt très rapide, et ce de manière totalement imprévisible.

La lipohypertrophie est associée à des injections d’insuline sur une longue période et est provoquée par un ou plusieurs des comportements suivants :

  • Absence de rotation des sites d’injection (y compris de la pompe à insuline).
  • Réutilisation des aiguilles (en particulier plus de 3 fois).
  • Indice de masse corporelle (IMC) peu élevé/faible.
  • Utilisation d’insuline humaine plutôt qu’analogue.

Pour compenser la lipo, les patients doivent souvent augmenter leur dose journalière totale d’insuline et présentent un risque accru d’hypoglycémie inexpliquée, de même que de glycémie élevée ou d’acidocétose diabétique (ACD). Avec le temps, les fluctuations de la glycémie peuvent déboucher sur des complications plus graves.

Pour compenser la lipo, les patients doivent souvent augmenter leur dose journalière totale d'insuline et présentent un risque accru d'hypoglycémie inexpliquée, de même que de glycémie élevée ou d'acidocétose diabétique (ACD)

Une détection précoce et la correction rapide des techniques d’injection sont essentielles pour inverser le cours de cette complication. L’identification des zones à risque, des discussions et l’examen des sites d’injection par un prestataire de soins doivent faire partie du plan de soins du diabète. Diverses mesures permettent d’éviter cette complication et d’inverser son cours :

  • Élaborer un plan de rotation des sites d’injection et s’y tenir.
  • Utiliser des aiguilles neuves.
  • Espacer les sites d’injection d’environ 2,5 cm.
  • Éviter les zones où une lipo a été identifiée – en général, le tissu guérit (mais ce n’est pas toujours le cas).
  • Continuer à examiner les sites d’injection avec l’équipe médicale.

La sensibilisation à la lipohypertrophie et sa gestion par les prestataires de soins et les personnes atteintes de diabète jouent un rôle déterminant dans le succès de l’insulinothérapie.

 

 

Elizabeth Snouffer est Rédactrice de Diabetes Voice


Avez-vous quelque chose à dire?
Vos opinions comptent pour nous.
Sans commentaires
You must sign in to post a comment.