LogoLogo

Selon une étude de Yale, l’insuline NPH convient pour le diabète de type 2

Les personnes atteintes de diabète de type 2 qui ont été traitées avec la dernière génération de médicaments analogues d'insuline à action prolongée n'ont pas obtenu de résultats significativement meilleurs que celles recevant une insuline humaine moins coûteuse.


0
Partager

Person injecting insulin

Selon une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de Yale, les personnes atteintes de diabète de type 2 qui ont été traitées avec la dernière génération de médicaments analogues d’insuline (basale) à action prolongée n’ont pas obtenu de résultats significativement meilleurs que celles recevant une insuline humaine moins coûteuse. L’étude a été publiée dans l’édition du Journal of the American Medical Association du 23 juin.

Pour comparer les analogues d’insuline et l’insuline NPH humaine, les chercheurs ont suivi de nouveaux utilisateurs d’insuline atteints de diabète de type 2 pendant 1,7 an en moyenne. Durant cette période, ils ont examiné les visites aux services d’urgence ou les hospitalisations liées à des hypoglycémies graves, de même que les modifications de la glycémie par rapport aux résultats de l’HbA1c. Les chercheurs ont découvert que les analogues d’insuline basale n’étaient associés à aucune réduction du risque de visites aux urgences ou d’admissions à l’hôpital pour hypoglycémie grave, ni à une amélioration des résultats de l’HbA1c.

L’auteur principal Kasia J. Lipska, M.D., professeur assistant de médecine au sein de la faculté de médecine de Yale, a expliqué : « Nous avons découvert que, dans la pratique de tous les jours, l’utilisation d’analogues d’insuline plus coûteux chez les patients atteints de diabète de type 2 ne semblait pas se traduire par un renforcement de la sécurité accru — en tout cas en termes de visites à l’hôpital ou aux urgences pour hypoglycémie — ou par un meilleur contrôle de la glycémie qu’avec l’insuline NPH ». « Cela signifie que de nombreuses personnes atteintes de diabète de type 2 pourraient envisager de commencer avec de l’insuline NPH, plutôt que des analogues d’insuline, en particulier si le coût de ces médicaments leur pose problème. »

Le traitement du diabète de type 2 commence généralement par des modifications du mode de vie et la metformine, une pilule qui diminue la quantité de sucre dans le sang. Cependant, jusqu’à 25 % des patients atteints de diabète ont besoin d’injections d’insuline supplémentaires pour gérer leur glycémie.

L’insuline analogue présente des avantages. Dans les essais cliniques, les analogues d’insuline ont réduit de façon modeste le risque d’hypoglycémie nocturne, ou de faible taux de glycémie pendant le sommeil, en comparaison avec l’insuline humaine. Cependant, un flacon d’analogue d’insuline coûte environ 200 à 300 USD, alors qu’un flacon d’insuline NPH ne coûte que 25 USD. Les recherches ont montré que le coût élevé des médicaments, en particulier au début du traitement, était lié à un moins bon respect, ce qui affecte directement les résultats des patients atteints de diabète.

Lipska KJ, Parker MM, Moffet HH, Huang ES, Karter AJ. Association of Initiation of Basal Insulin Analogs vs Neutral Protamine Hagedorn Insulin with Hypoglycemia-Related Emergency Department Visits or Hospital Admissions and With Glycemic Control in Patients With Type 2 Diabetes. JAMA. Publié en ligne le 23 juin 2018. doi:10.1001/jama.2018.7993 https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2685850

 


Avez-vous quelque chose à dire?
Vos opinions comptent pour nous.
Sans commentaires